Page précedente
Page suivante

 

Timbres poste français de l'année 1923

 

 

Timbres à l'effigie de Louis Pasteur

 

timbre
N° 170
timbre
N° 171
timbre
N° 172
timbre
N° 173

 

timbre
N° 174
timbre
N° 175
timbre
N° 176
timbre
N° 177

 

timbre
N° 178
timbre
N° 179
timbre
N° 180
timbre
N° 181

 

Louis Pasteur ( 27 décembre 1822 - 28 septembre 1895 ), scientifique français , est un pionnier de la microbiologie . Bien qu'originaire de Dole , c'est à Arbois que Louis Pasteur va à l'école puis ensuite au collège. Élève doué, il souhaite intégrer l' École normale de Paris. Afin de s'y préparer, il déménage pour Paris en octobre 1838 . Cependant, déprimé par cette nouvelle vie, il abandonne cette idée et quitte Paris et poursuit ses études au collège royal de Besançon . En 1840 , puis 1842 , il obtient les baccalauréats ès lettres et mathématiques . Conforté par ces réussites scolaires, Pasteur, s'installe de nouveau à Paris et est finalement admis à l'École normale supérieure en 1843 . Il y étudie la chimie et la physique , ainsi que la cristallographie . Il soutiendra d'ailleurs deux thèses en 1847 , en chimie et en physique. Mais c'est en cristallographie qu'il fait ses premières découvertes ; en étudiant la polarisation de la lumière par les cristaux , il découvre que des cristaux de structures pourtant identiques ne dévient pas la lumière de la même façon. Il met ainsi en évidence l' isomérie . Après avoir été professeur à Dijon et à Strasbourg , Pasteur est nommé professeur et doyen de la, nouvellement créée, faculté des sciences de Lille . Il y fera une découverte d'importance, en découvrant que les levures sont des êtres vivants responsables de la fermentation et non des produits de celle-ci. En 1863, Napoléon III demande à Pasteur d'étudier les maladies affectant le vin. Il propose de chauffer le vin à 57°C afin de tuer les germes et résoud ainsi le problème de sa conservation et du transport, c'est la pasteurisation . En octobre 1857 , il accepte le poste d'administrateur de l'École normale supérieure et retourne donc à Paris. Il y poursuit ses études sur la fermentation pendant trois ans. Depuis 1858 , il mène une lutte contre les partisans de la génération spontanée et en particulier contre Félix Archimède Pouchet . Et ce sera finalement après six années de recherche qu'il démontrera la fausseté de cette théorie. Malgré ses succès scientifiques, Pasteur jugé autoritaire, se heurte à de nombreuses contestations et son poste d'administrateur est finalement supprimé. En juin 1865 , Pasteur s'installe à Alès pour y étudier une maladie qui décime les élevages de vers à soie. Après quatre années de recherche il découvre comment identifier les papillons malades et permet ainsi leur éradication avant que tout l'élevage ne soit infesté. Il sauve ainsi l'industrie de la soie dans les Cévennes. La défaite de 1870 et la chute de Napoléon III sont un coup terrible pour Pasteur, grand patriote et très attaché à la dynastie impériale. Par ailleurs il est malade, l'Assemblée nationale lui vote une récompense pour le remercier de ses travaux dont les conséquences économiques sont considérables. Ses amis croient qu'il va enfin s'arrêter et jouir de sa retraite, mais il reprend ses recherches et conclut ses études sur la fermentation de la bière par la publication d'un livre : les Études sur la bière et les conseils aux brasseurs . L'année suivante, Pasteur tente de se présenter aux élections sénatoriales , mais c'est un échec. En 1885 , il refusera de poser sa candidature aux élections législatives, alors que les paysans de la Beauce , dont il avait sauvé les troupeaux grâce au vaccin contre le charbon , l'auraient sans doute porté à la Chambre des Députés . Il poursuit donc ses recherches et met successivement au point le filtre Chamberland , l' autoclave et le flambage des vases . Suite aux études de Robert Koch , Pasteur découvre le staphylocoque . Pendant six ans, le Français et l'Allemand étudient les maladies et leurs microbes. Durant l'été 1879 , Pasteur et ses collaborateurs, Roux et Duclaux, découvrent que non seulement les poules auxquelles on a inoculé des cultures vieillies du microbe du choléra des poules , ne meurent pas mais qu'elles résistent à de nouvelles infections - c'est la découverte du vaccin. Le 5 mai 1881 , pour la première fois, un troupeau de moutons est vacciné contre la maladie du charbon. En 1880 , Pasteur entame ses recherches sur la rage . Il remarque que la moelle infectée et desséchée protège de la maladie. Le 6 juin 1885 , alors qu'il hésite toujours à tenter sur l'homme ce qui a réussi sur les chiens, on lui amène un petit Alsacien mordu par un chien enragé. Il hésite mais les plus grands médecins estiment que c'est la seule chance de survie pour l'enfant et, sous leur responsabilité, font procéder à la vaccination. Le petit Joseph Meister est ainsi sauvé. L' Académie des Sciences propose la création d'un établissement destiné à traiter la rage : l' Institut Pasteur naît en 1888 . L'établissement s'exporte rapidement en Australie et au Viêt Nam . Pasteur restera à sa tête jusqu'à sa mort.

Pasteur repose dans une crypte de l'Institut Pasteur.

 

timbre
N° 182

 

En 1923, alors qu'elle s'apprête à fêter son premier anniversaire, la jeune Fédération des Sociétés Philatéliques de France décide de demander un timbre auprès de l'Administration des P.T.T pour son premier congrès organisé à Bordeaux. C'est la Société Française de Timbrologie (SFT) et l'Amicale Philatélique de Bordeaux qui avaient pris contact avec le comité d'organisation de la Foire de Bordeaux afin d'intégrer l'exposition philatélique.

Du côté des P.T.T; bien qu'une figurine spéciale ait été demandée, les responsables préférèrent proposé un timbre surchargé, une opération beaucoup moins coûteuse et surtout beaucoup plus rapide à exécuter par l'Atelier du Timbre du boulevard Brune. Le support choisi est le 1 F au type Merson, timbre en service depuis le 4 décembre 1900, qui semble parfaitement convenir aux organisateurs qui vont le vendre 3 F, la différence de 2 F correspondant au prix du billet d'entrée dans l'enceinte de la manifestation.