Fermer

 

Guignol des Champs-Élysées - Bicentenaire


Timbre : Courant / moderne


Guignol des Champs-Élysées

 

 

Oblitération 1er jour à Paris au carré d'Encre et au théâtre, Rond-Point des Champs Elysées le 10 mai 2018
Cachet premier jour créé par : Aline Zalko

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris au carré d'Encre et au théâtre, Rond-Point des Champs Elysées le 10 mai 2018
Vente générale : 14 mai 2018
Retrait de la vente : 28 février 2019
Valeur faciale : 5.20 €
Graveur : Pierre Albuisson

Création : Aline Zalko

Département concerné par ce timbre : Paris

Couleur : polychromie
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 143 x 105 mm
Quantite émis : 350.000.
Présentation : Bloc feuillet de 2 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : N° F5216
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 2,60 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 1,30 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Acteurs, cinéastes, chanteurs

 


Guignol des Champs-Élysées - Bicentenaire

Guignol

est une marionnette à gaine française créée à Lyon vers 1808 par Laurent Mourguet. Le terme désigne également par métonymie le théâtre de marionnettes comique dont Guignol est le personnage principal, formant avec Gnafron et Madelon le trio récurrent des pièces du répertoire classique.
Le spectacle se pratique dans un castelet, selon la technique du burattino ou « marionnette à gaine » dont les particularités impliquent une gestuelle spécifique et des accessoires disproportionnés donnant lieu à un comique de situation caractéristique de la commedia dell'arte.

 

La famille Guentleur initie en 1818 ce premier théâtre de Guignol à Paris. C'est d'abord une charrette à bras qui va et vient sur les Champs-Élysées à la rencontre du chaland, friand d'amusement et de convivialité. Puis ils installent dans le Plateau du cirque (appelé aujourd'hui Carré Marigny) un castelet fixe où les spectacles de Guignol se donnent. De père en fils, la famille se transmet le métier jusqu'à ce qu'en 1978, Auguste « passe la main » à José Luis González, réfugié politique espagnol et acteur de théâtre contestataire de rue. Celui-ci continue de jouer les pièces puisées dans le répertoire traditionnel, constitué et transmis oralement par la famille Guentleur. Il façonne d'autres jeux de marionnettes et crée de nouvelles pièces inspirées pour certaines du poète García Lorca qu'il présente dans le monde entier avec ses castelets ambulants
Source communiqué de presse de la Poste

 

 

 

 

 

Fermer