Fermer

 

Jean-Baptiste de la Salle (1651-1719) ecclésiastique français


Timbre : Courant / moderne


 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Reims le 28 avril 1951

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Reims le 28 avril 1951
Vente générale : 30 avril 1951
Retrait de la vente : 21 juillet 1951
Valeur faciale : 15 f
Graveur : Pierre Gandon

Dessinateur : Pierre Gandon

Département concerné par ce timbre : Marne

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : brun lilas
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm (vignette 21,45 x 36 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 3.115.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : N° 882
Catalogue Spink / Maury : N° 882
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,18 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 0,10 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,14 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 


Saint Jean-Baptiste de La Salle

(Reims, 30 avril 1651 - 7 avril 1719) est un ecclésiastique français il est chanoine à 16 ans au chapitre de la cathédrale. Son avenir est assuré. Il est jeune séminariste quand il doit prendre en charge ses six frères et soeurs plus jeunes, à la mort de ses parents. A cause de ces responsabilités familiales, il hésite à poursuivre jusqu'au sacerdoce. Poussé par son père spirituel, il accepta de devenir prêtre à 27 ans.
L'éducation de la jeunesse le passionne. Il ouvre des écoles gratuites pour les petites filles puis pour les petits garçons. Pour les éduquer, il fonde une congrégation: les Frères des Ecoles chrétiennes. Pour s'y consacrer, il renonce à sa charge de chanoine qui lui assurait des ressources et distribue aux pauvres sa part d'héritage. Le bon bourgeois rémois partagera désormais la pauvreté de ses frères. Malgré les procès que lui font les maîtres d'écoles pour concurrence illicite, malgré les contradictions à l'intérieur même de son Ordre, saint Jean-Baptiste poursuit son oeuvre, inventant une spiritualité et une pédagogie nouvelles. C'est ainsi que l'apprentissage de la lecture se fait dans ses écoles, non sur le latin, mais sur le français !
Au milieu des tribulations, l'oeuvre s'étend à travers la France et, aujourd'hui encore, à travers le monde. Le Pape Pie XII l'a déclaré «patron de tous les éducateurs chrétiens.»

 

 

 

 

 

 

Fermer