Fermer

 

Place des Vosges à Paris


Timbre : Courant / moderne


 

Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre et au salon Philex le samedi 21 mai 2016
Cachet premier jour créé par : Pierre Albuisson

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre et au salon Philex le samedi 21 mai 2016
Vente générale : 23 mai 2016
Retrait de la vente : 24 février 2017
Valeur faciale : 0.70 €
Affranchissement : Lettre verte jusqu'à 20g pour la France, Monaco, Andorre 
Graveur : Pierre Albuisson

Dessinateur : Pierre Albuisson

Département concerné par ce timbre : Paris

Dentelure : Dentelé 13 x 13¼
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 66,85 x 30 mm (avec vignette)
Quantite émis : 1.000.000.
Présentation : Feuille de 36 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : N° 5055
Catalogue Spink / Maury : N° 5015
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,53 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,19 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Villes, places, rues

 


La place des Vosges, place Royale

jusqu'en 1800, est une place du Marais, faisant partie des 3e et 4e arrondissements parisiens. Conçue par Louis Métezeau, elle est la « sœur » de la place Ducale de Charleville-Mézières. C'est la place la plus ancienne de Paris, juste avant la place Dauphine. Il s'agit d'une place fermée, accessible par une rue principale sur un des quatre côtés et deux rues passant sous des pavillons.
La place fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 26 octobre 19542 et a bénéficié de la mise en valeur voulue par Malraux dans le cadre du PSMV du Marais.
C'est une place, conçue sur un plan presque carré, de 140 mètres de côté, bordée d'immeubles d'habitation de deux étages en briques rouges à chaînages de pierre calcaire blanche et toits d'ardoise bleue très pentus, aux fenêtres à petits carreaux, d'une grande unité de présentation. En effet, un édit royal, pris au XVIIe siècle, a imposé l'unité de la composition des bâtiments et la hauteur uniforme, à l'exception du pavillon du roi, au centre du côté sud (le plus élevé de tous) et du pavillon de la reine, qui lui fait face sur le côté nord, qui sont volontairement plus élevés.
Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer