Fermer

 

Sophie Germain (1776-1831)


Timbre : Courant / moderne


 

Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre vendredi 18 et samedi 19 mars 2016
Cachet premier jour créé par : Edmond Baudouin

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre vendredi 18 et samedi 19 mars 2016
Vente générale : 21 mars 2016
Retrait de la vente : 30 décembre 2016
Valeur faciale : 0.70 €
Affranchissement : Lettre verte jusqu'à 20g pour la France, Monaco, Andorre 
Graveur : Elsa Catelin

Création : Edmond Baudoin

Département concerné par ce timbre : Paris

Dentelure : Dentelé 13¼
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 40,85 x 30 mm
Quantite émis : 1.000.320.
Présentation : Feuille de 48 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : N° 5036
Catalogue Spink / Maury : N° 4990
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,55 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,18 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Chercheurs, inventeurs, scientifiques

 


Sophie Germain

née le 1er avril 1776 rue Saint-Denis à Paris, et morte le 27 juin 1831 au 13, rue de Savoie à Paris, est une mathématicienne et philosophe française. Elle est connue pour le théorème d'arithmétique qui porte son nom.
Ses contributions principales portent sur la théorie des nombres et sur les déformations élastiques. En théorie des nombres, divers théorèmes de Sophie Germain ont été insérés par Adrien-Marie Legendre dans le supplément à la deuxième édition de sa Théorie des nombres. Une de ses contributions majeures est le théorème dit « de Sophie Germain », qui énonce une condition suffisante, portant sur un nombre premier, p, pour que si trois entiers relatifs x, y, et z forment une solution de l'équation xp + yp = zp, alors l'un au moins des trois soit divisible par le carré de p. Cette condition est vraie en particulier pour tout nombre premier de Sophie Germain, et Sophie Germain vérifia qu'elle l'est aussi pour tout nombre premier inférieur à 100. Sa preuve du théorème, qu'elle décrivit pour la première fois dans une lettre à Gauss, est relativement importante, car elle permet de réduire le nombre de solutions du dernier théorème de Fermat. À partir de 1995, plusieurs chercheurs se sont livrés à une analyse approfondie de ses manuscrits non publiés, montrant qu'elle avait en fait avancé bien au-delà de ces résultats, et pensait avoir un plan complet d'attaque du théorème
Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer