Fermer

 

Georges Charpak (1924-2010)

D´après une photo de Raphael Gaillarde/Gamma

Timbre : Courant / moderne


 

Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre et Gardanne (13) le vendredi 26 et samedi 27 février 2016
Cachet premier jour créé par : Mathilde Laurent

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris au Carré d'Encre et Gardanne (13) le vendredi 26 et samedi 27 février 2016
Vente générale : 29 février 2016
Retrait de la vente : 25 novembre 2016
Valeur faciale : 0.70 €
Affranchissement : Lettre verte jusqu'à 20g pour la France, Monaco, Andorre 
Graveur : Pierre Albuisson

Création : Florence gendre
Département concerné par ce timbre : Paris

Dentelure : Dentelé 13¼
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 40,85 x 30 mm
Quantite émis : 1.299.840.
Présentation : Feuille de 48 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : N° 5034
Catalogue Spink / Maury : N° 4988
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,55 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,18 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Chercheurs, inventeurs, scientifiques

 


Georges Charpak

né le 1er août 1924 dans le village de D?browica en Pologne (aujourd'hui Doubrovytsia en Ukraine), est un physicien français, lauréat du prix Nobel de physique 1992.
Sa famille émigre en France alors qu'il a sept ans. Durant la Seconde Guerre mondiale, dès 1941, il entre dans la Résistance. En 1943 il est arrêté et interné au centre de détention d'Eysses avant d'être déporté au camp de concentration de Dachau en Allemagne il y reste pendant un an, sa pratique de plusieurs langues contribuant selon lui à sa survie. Il devient citoyen français en 1946.
En 1948 il est admis au CNRS comme chercheur dans le laboratoire de physique nucléaire du Collège de France, dirigé par Frédéric Joliot-Curie et il obtient son doctorat ès sciences en 1955. Maître de recherche au CNRS en 1959, il rejoint le CERN à Genève où il est resté comme physicien permanent de 1963 à 1989. C'est dans ce dernier laboratoire qu'il met au point la chambre proportionnelle multifils, un détecteur de particules qui lui vaut le prix Nobel de physique en 1992 et qui remplace rapidement les chambres à bulles en permettant un traitement informatique des données.

 

 

 

 

 

 

Fermer