Fermer

 

Bertrand François Mahé de La Bourdonnais (1699-1753)


Timbre : Courant / moderne


Personnages célèbres (grands navigateurs)

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Saint Malo le 20 février 1988

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Saint Malo le 20 février 1988
Vente générale : 22 février 1988
Retrait de la vente : 22 juillet 1988
Valeur faciale : 2 f 20 + 50 c
Graveur : Pierre Béquet

Dessinateur : Denis Geoffroy-Dechaume

Département concerné par ce timbre : Ile-et-Vilaine

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : noir bleu clair et marron clair
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 40 x 26 mm ( image 36 x 21,45 mm )
Quantite émis : 1.720.946
Présentation : Feuille de 50 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : N° 2520
Catalogue Spink / Maury : N° 2524
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,28 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,24 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Explorateurs, navigateurs, découvreurs

 


Bertrand François Mahé

comte de La Bourdonnais, né à Saint-Malo le 11 février 1699 (baptisé le 16 février dans cette même ville) et mort à Paris le 10 novembre 1753, est un officier de marine français.
Lieutenant de vaisseau dans la Compagnie des Indes en 1718, il participe à la prise de l'île principale de l'archipel des Seychelles en 1725. Celle-ci s'appellera désormais Mahé.
Nommé Gouverneur général des Mascareignes pour le compte de la Compagnie des Indes en 1733, il prend son poste en 1735 et modernise, à renforts de grands travaux, les établissements français des mers de l'Inde, l'Isle de France et l'île Bourbon. Ces travaux lui valent l'hostilité de certains directeurs de la Compagnie, à Paris, en raison de leur coût.
Dupleix, administrateur colonial et nabab des Indes, sollicite son aide contre les Anglais et La Bourdonnais prend Madras en 1746. Il traite ensuite avec ses ennemis d'hier pour leur rendre la prise contre rançon, ce que Dupleix n'apprécie pas.
Sur plainte de ce dernier, le comte est rappelé en France et embastillé durant trois ans .
 Jugé en 1751, il est acquitté et finit sa vie à Paris en 1753, à 54 ans.
Texte du webmaster d'après divers documents

 

 

 

 

 

 

Fermer