Fermer

 

La Pérouse (1741-1788)


Timbre : Courant / moderne


Personnages célèbres (grands navigateurs)

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Albi le 20 février 1988

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Albi le 20 février 1988
Vente générale : 22 février 1988
Retrait de la vente : 22 juillet 1988
Valeur faciale : 2 f + 50 c
Graveur : Pierre Béquet

Dessinateur : Denis Geoffroy-Dechaume

Département concerné par ce timbre : Tarn

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : noir bleu clair et marron clair
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 40 x 26 mm ( image 36 x 21,45 mm )
Quantite émis : 1.720.946
Présentation : Feuille de 50 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : N° 2519
Catalogue Spink / Maury : N° 2523
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,26 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,23 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Explorateurs, navigateurs, découvreurs

 


Jean François de Galaup

comte de La Pérouse (23 août 1741 - disparu en 1788), né au château du Gô, dans la paroisse de Saint-Julien à deux lieues d'Albi, est un officier de marine et un explorateur français.
L'aventure de cet Albigeois qui dès l'âge de 22 ans s'engage dans le conflit contre l'Angleterre, lors la guerre de 7 ans, à propos du Canada (1757-1763).
 En 1785 il est chargé par le roi Louis XVI d'un voyage de découverte autour du monde , il part donc de Brest le 1er août 1785 avec les frégates La Boussole et l'Astrolabe à partir de 1788 on cesse d'avoir de ses nouvelles.
1999 : Le camp des naufragés retrouvé
En 1981, Alain Conan, Nantais d'origine et vivant en Nouvelle-Calédonie, décide de créer l'association Salomon.Dans son travail, l'association est appuyée par des mécènes, qui permettent de financer les fouilles. Si les épaves sont désormais localisées, mais non encore identifiées, Alain Conan est persuadé que la clé de l'énigme est à terre. La tradition orale des indigènes évoquait un camp, où les Français se seraient installés après le naufrage. Dans le lieu dit Païou, le camp où ont résidé les naufragés est enfin mis à jour, en 1999. Malgré des conditions climatiques difficiles, au milieu de la pluie et de la boue, les archéologues dégagent les preuves incontestables de l'installation d'un camp. Les restes d'une palissade sont découverts, ainsi que de nombreux objets, notamment des boutons d'uniformes de marine.
Texte du web-master d'après divers documents.

 

 

 

 

 

 

Fermer