Fermer

 

Jean Messagier «Les 4 coins du ciel»

D'après une oeuvre de Jean Messagier

Timbre : Courant / moderne


Série artistique

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Paris le 31 mars 1984

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris le 31 mars 1984
Vente générale : 2 avril 1984
Retrait de la vente : 10 mai 1985
Valeur faciale : 4 f
Dessinateur : Claude Haley

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : polychrome
Mode d'impression : Héliogravure
Format du timbre : 52 x 40,85 mm (image 48 x 36,85 mm )
Quantite émis : 6.000.000
Présentation : Feuille de 25 timbres
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier : N° 2300
Catalogue Spink / Maury : N° 2310
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,51 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,26 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Peintres, sclupteurs, architectes, tableaux, vitraux

 


Jean Messagier

(Paris 13 juillet 1920 - Montbéliard, 10 septembre 1999) est un peintre, graveur, sculpteur français. En 1947, a lieu sa première exposition personnelle à Paris , Galerie Arc-en-Ciel. De 1945 à 1949, l'artiste s'était montré sous l'influence de Pablo Picasso et de François Desnoyer qui fut son professeur à l'École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Messagier a été révélée de nouveaux au public lors de l'exposition organisée par Charles Estienne à la Galerie de Babylone, en 1952, sous le titre La Nouvelle École de Paris. L'année suivante, Messagier rompt délibérément avec le post-cubisme à tendance expressionniste. Il s'appuie alors sur Jean Fautrier et Pierre Tal Coat pour élaborer une vision personnelle dans laquelle il restitue «la lumière… une lumière différente de celle des impressionnistes» qu'il avait pressentie abstraitement. Réalisant aussi bien des sculptures, tapisseries, chars de carnaval, des montgolfières, étiquettes de bouteilles de vin, il fut encore poète, compositeur de musique, écologiste, un humaniste militant et surtout peintre. Rattaché à l'École de Paris d'après-guerre, on le qualifie confusément d'abstrait lyrique, de nuagiste, de tachiste, de paysagiste abstrait. Lui-même n'a jamais voulu se définir
Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer