Fermer

 

Colette (1873-1954) femme de lettres française, actrice et journaliste


Timbre : Courant / moderne


Personnages célèbres

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Saint-Sauveur-en-Puisaye le 2 juin 1973

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Saint-Sauveur-en-Puisaye le 2 juin 1973
Vente générale : 4 juin 1973
Retrait de la vente : 18 janvier 1974
Valeur faciale : 50 c + 10 c
Graveur : Jean Pheulpin

Dessinateur : Jacques Gauthier
Département concerné par ce timbre : Yonne

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : lilas rouge-brun et ocre
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm (vignette 21,45 x 36 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 4.000.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : N° 1747
Catalogue Spink / Maury : N° 1747
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,14 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,13 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 


Colette (1873-1954)  femme de lettres française, actrice et journaliste 

Colette (Image Wikipédia)

 

Colette

née le 28 janvier 1873. Colette n'est pas son prénom, mais le nom de son père, le capitaine Colette.
Colette connaît une jeunesse heureuse, partageant le plaisir de la lecture avec celui des jeux avec les animaux.
A Paris, Colette rencontre Henri Gauthier Villars, dit Willy, don Juan scandaleux de la Belle Epoque. Elle l'épouse le 15 mai 1893, à 20 ans. Willy l'introduit dans le Paris mondain et l'entraîne dans une vie de bohème. Il se lance dans la littérature et va demander à sa femme de lui écrire un livre du genre «Le petit Chose» d'Alphonse Daudet. C'est ainsi qu'en 1900, Claudine à l'école paraît sous la signature de Willy, celui-ci prétendant avoir reçu le manuscrit d'une inconnue, créant ainsi la légende de la fameuse Claudine. 1906, Colette se sépare de Willy.
Elle noue des amitiés féminines scandaleuses et en 1907, fait scandale en se produisant au Moulin Rouge, déguisée en homme.
En 1910, «La vagabonde» est a deux doigts d'obtenir le prix Goncourt.
Elle continue d'écrire, l'Entrave, l'envers du music hall (1913) tout en soignant des malades réfugiés dans le lycée Janson de Sailly.
Pour la première fois en 1923 Colette signe de son nom le blé en herbe.
Elle poursuit son oeuvre littéraire mais le scandale la suit lorsqu'elle publie en feuilleton ces plaisirs…rebaptisés plus tard «le pur et l'impur» (1932).
Sa notoriété ne cesse de croître après la guerre. Elle est élue à l'unanimité à l'Académie Goncourt. Ses oeuvres complètes paraissent en 1948.
Elle meurt le 3 août 1954 à Paris.

 

 

 

 

 

 

Fermer