Fermer

 

Victor Schoelcher (1804-1893) journaliste et homme politique français


Timbre : Courant / moderne


 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Paris le 16 février 1957

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris le 16 février 1957
Vente générale : 18 février 1957
Retrait de la vente : 18 février 1961
Valeur faciale : 18 f
Graveur : Jean Pheulpin

Dessinateur : Jean Pheulpin

Département concerné par ce timbre : Paris

Dentelure : Dentelé 13
Couleur : rose
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm (vignette 21,45 x 36 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 2.645.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : N° 1092
Catalogue Spink / Maury : N° 1092
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 0,18 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 0,11 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,15 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : les Hommes politiques, militaires, rois, marchants

 


Victor Schoelcher (1804-1893) journaliste et homme politique français 

Victor Schoelcher (Image Wikipédia)

 

Victor Schoelcher

est né en Alsace dans une famille bourgeoise.
En voyage à Cuba, il découvre l'esclavage dans les plantations et les conditions de vie des esclaves noirs qui le révoltent. A son retour en France, il milite activement pour l'abolition de l'esclavage en publiant des articles et des livres.
Au début, Victor Schoelcher n'est pas favorable à une libération immédiate des esclaves, mais préfère plutôt une évolution progressive car, pour lui, les esclaves ne sont pas prêts à devenir libres. C'est après un second voyage dans les colonies en Afrique, puis aux Antilles qu'il se prononce pour une abolition immédiate de l'esclavage
Après la Révolution de 1848, Victor Schoelcher rencontre François Arago, ministre de la Marine et des Colonies du Gouvernement provisoire de la IIe république, et est nommé Sous secrétaire-d'État. Il est l'initiateur du décret du 17 avril 1848 qui abolit définitivement l'esclavage en France et dans les colonies françaises selon le principe que «le sol de la France affranchit l'esclave qui le touche».
Il est élu député de la Martinique et de la Guadeloupe, laissant ce dernier siège à son suppléant, Loisy Mathieu, un ancien esclave.
Victor Schoelcher lutte aussi contre la peine de mort et publie en 1851 un recueil «Abolition de la peine de mort».
Victor Schoelcher, jusqu'à la fin de sa vie, demeure un humaniste fervent défenseur d'une république démocratique et sociale, luttant contre l'analphabétisme, pour l'instruction publique laïque et gratuite et l'égalité entre les hommes et les femmes

 

 

 

 

 

 

Fermer