Fermer

 

Pierre Brossolette (1903-1944)


Timbre : Courant / moderne


Héros de la résistance

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Paris le 18 mai 1957

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Paris le 18 mai 1957
Vente générale : 20 mai 1957
Retrait de la vente : 14 septembre 1957
Valeur faciale : 18 f
Graveur : Henry Cheffer

Dessinateur : André Spitz

Département concerné par ce timbre : Paris
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : violet et noir
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm (vignette 21,45 x 36 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 2.570.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : N° 1103
Catalogue Spink / Maury : N° 1103
Valeur marchande timbre neuf : 0,50 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 0,30 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,36 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Héros de la résistance

 


Pierre Brossolette (1903-1944) 

Pierre Brossolette (Image Wikipédia)

 

Pierre Brossolette

né le 25 juin 1903 dans le 16e arrondissement de Paris1, et décédé le 22 mars 1944 à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière dans le 13e arrondissement de Paris, est un journaliste et homme politique socialiste français. Il fut l'un des principaux dirigeants et héros de la Résistance française.
En avril 1942, Il entreprend un voyage à Londres en tant que représentant de la Résistance pour rencontrer Charles de Gaulle.
Il est parachuté à trois reprises en France.
Après avoir échappé plusieurs fois à des arrestations. Lors d'un barrage de routine, alors qu'ils arrivent à Audierne dans une voiture à gazogène, ils sont dénoncés par une collaboratrice et emmenés dans la Prison Jacques-Cartier de Rennes, siège de la Kommandantur locale.
Plusieurs semaines passent sans qu'ils soient reconnus. Finalement, le 16 mars, Ernst Misselwitz (Hauptscharführer du Sicherheitsdienst, ou SD) se rend à Rennes en personne pour identifier Brossolette et Bollaert et les fait transférer le 19 mars, au quartier général de la Gestapo à Paris
Pierre Brossolette et Émile Bollaert sont torturés. Le 22 mars, Brossolette se serait levé de sa chaise, menotté dans le dos, aurait ouvert la fenêtre de la chambre dans laquelle il était enfermé, et serait tombé devant l'entrée de l'immeuble. Gravement blessé, il succombe à ses blessures vers 22 heures à l'hôpital de la Salpêtrière, sans avoir parlé.
Le 24 mars, il est incinéré au cimetière du Père-Lachaise
Ses cendres ont été transférées au Panthéon, le 27 mai 2015.

 

 

 

 

 

 

Fermer