Fermer

 

Les informations sur ce timbre ont été mises à jour le : 03/01/2024

 

 

Premier jour : Oblitération 1er jour au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS, à Nantes et à Illkirch-Graffenstaden le 20 et 21 janvier 2023
Vente générale : 23 janvier 2023
Retrait de la vente : 31 janvier 2024
Valeur faciale : 1.80 €
Affranchissement le plus courant : Lettre internationale jusqu'à 20gr
Graveur : Elsa Catelin

Création : C215

Mise en page : Bruno Ghiringhelli

Dentelure : 13¼
Couleur : vert-bronze
Mode d'impression : Mixte offset / taille-douce
Format du timbre : 30 x 40,85 mm
Quantité émis : 600.000.
Présentation : Feuille de 15 timbres
Bande phosphore : 1 barre à droite
Catalogue Yvert et Tellier France : N° 5649
Catalogue Michel : N° FR 8411
Catalogue Scott : N° FR 6371
Valeur marchande timbre neuf avec gomme intacte: 1,00 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,45 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Thématique catégorie : Hommes politiques, militaires, rois, marchands

 


Informations sur le sujet du timbre

Nelson Mandela

L’annonce du décès de Nelson Mandela, le 5 décembre 2013, suscite une émotion planétaire. Le monde pleure le père de la nation sud-africaine, né en 1918, figure majeure du militantisme anti-apartheid et prix Nobel de la paix. Toute sa vie aura été guidée par la volonté farouche de créer une société démocratique multiethnique, dans un pays vivant depuis 1948 sous le régime de la ségrégation raciale. Homme d’engagement, il adhère à l’ANC (African National Congress), un parti politique modéré prônant la désobéissance civile. Mais après la répression sanglante d’une manifestation à Sharpeville le 21 mars 1960, le mouvement bascule de la non-violence à la lutte armée. Dès lors, Mandela entre dans la clandestinité, devenant un symbole de la résistance à l’inégalité raciale et bénéficiant d’un soutien international croissant. Condamné à la réclusion à perpétuité en 1964, il supporte avec une force d’âme hors du commun les conditions draconiennes de sa détention. L’isolement ne fait que renforcer sa détermination et il ne cesse de nourrir l’espoir de réconcilier un jour les Blancs et les Noirs. Il est finalement libéré le 2 février 1990 après 27 ans d’incarcération. Mandela œuvre avec le chef d’État Frederik de Klerk pour jeter les bases d’une nouvelle Afrique du Sud. En 1994, il est élu président de cette nation « arc-en-ciel » qu’il avait imaginée dès son plus jeune âge.
Source © La Poste - Fabienne Azire -

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 9 363 589 fois depuis le 1er mai 2022