Fermer

 

Les informations sur ce timbre ont été mises à jour le : 19/02/2024

Agnès Varda 1928-2019


photographie Didier Doussin © ciné-tamaris

Timbre : Courant / moderne
Rosalie VARDA et Didier DOUSSIN animeront une séance de dédicaces le vendredi 29 mars de 10h30 à 12h30 au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins Paris


Voir tous les timbres courants de l'année 2024

Listage des timbres de l'année 2024

 

Oblitération 1er jour le 29 et 30 mars 2024<br>- Au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins PARIS
Cachet premier jour créé par : Ségolène Carron

 

Premier jour : Oblitération 1er jour le 29 et 30 mars 2024
- Au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins PARIS

Vente générale : 2 avril 2024
Valeur faciale : 1.96 €
Affranchissement le plus courant : Lettre internationale jusqu'à 20gr
Dessinateur : Photographie : Didier Doussin
Création : Didier Doussin
Mise en page : Ségolène Carron

Dentelure : 13¼ x 13
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Héliogravure
Format du timbre : 40,85 x 30 mm
Quantité émis : 702.000.
Présentation : Feuille de 15 timbres
Bande phosphore : 2 barres

 


Thématique catégorie : Acteurs, cinéastes, chanteurs

 

Informations complémentaires
Agnès Varda 1928-2019 

Agnès Varda en 1962 (Image Wikipédia)

 

« C’est tout ce dont vous avez besoin dans la vie : un ordinateur, un appareil photo et un chat. - Agnès Varda » Le timbre est illustré par une photo d’Agnès Varda posant avec Zgougou !
Source : divers documents internet dont Wikipédia

Informations sur le sujet du timbre

Agnès Varda

née Arlette Varda le 30 mai 1928 à Ixelles en Belgique et décédée le 29 mars 2019 à Paris, était une cinéaste, photographe et plasticienne franco-belge. Elle est connue pour être une pionnière de la Nouvelle Vague et a signé la réalisation de films notables comme « La Pointe Courte » en 1955. Un film radical, annonciateur de la Nouvelle Vague, où elle crée son propre langage. S’émancipant des codes de l’époque, elle réinvente la construction du récit, décloisonnant documentaire et fiction. Sa filmographie compte plus de 40 courts et longs métrages. Elle aborde des sujets difficiles : la France des sans-abris avec Sans toit ni loi (1985), Lion d’or à la Mostra de Venise, la surconsommation avec Les Glaneurs et la Glaneuse (2000), la cause féministe avec L’une chante, l’autre pas (1977), les bouleversements sociaux du monde… Tout sauf moraliste, ancrée dans son temps, elle veut faire avancer les causes, avec un bel équilibre entre l’objectivité de la réalité et la subjectivité de la rêverie. Elle a reçu de nombreuses distinctions tout au long de sa carrière, y compris un Oscar d’honneur en 2017.
Aussi indépendante que ses amis les chats, fidèle à sa légendaire coupe au bol, joyeuse et surtout libre, Agnès Varda laisse une œuvre rare à la renommée internationale. Source © La Poste - Fabienne Azire – et autres documents internet

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 8 217 153 fois depuis le 1er mai 2022