Fermer

 

Les informations sur ce timbre ont été mises à jour le : 28/09/2023

Les Grandes heures de l'Histoire de France


D'après manuscrit Martial d'Auvergne, Vigiles de Charles VII © BnF

Timbre : Courant / moderne



Voir tous les timbres courants de l'année 2023

Listage des timbres de l'année 2023

 

Oblitération 1er jour du 8 au 10 novembre 2023<br>- Au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins PARIS<br>- Bureau de poste, de 9h à 12h et de 14h à 17h, 33 rue Waldeck Rousseau, 33350 CASTILLON LA BATAILLE (uniquement les 8 et 9 novembre)
Cachet premier jour créé par : Geneviève Marot

 

Premier jour : Oblitération 1er jour du 8 au 10 novembre 2023
- Au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins PARIS
- Bureau de poste, de 9h à 12h et de 14h à 17h, 33 rue Waldeck Rousseau, 33350 CASTILLON LA BATAILLE (uniquement les 8 et 9 novembre)

Vente générale : 13 novembre 2023
Valeur faciale : 7.40 €
Affranchissement le plus courant : Lettre internationale jusqu'à 100gr
Graveur : Louis Boursier

Création : Louis Boursier

Dentelure : 13¼ x 13
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 143 x 105 mm
Quantité émis : 320.000.
Présentation : Bloc feuillet de 2 timbres
Bande phosphore : 2 barres

 


Thématique catégorie : Batailles, tratés, rois, reine, personnages

 


Informations sur le sujet du timbre
Le 23 octobre 1452, les Anglais entrent dans Bordeaux où la population a chassé les Français. Les villes secondaires, dont Castillon, se rallient rapidement. Au printemps 1453, Charles VII riposte. Quatre corps d’armée se dirigent vers Bordeaux, dont l’un, le long de la Dordogne, accompagne l’artillerie de Jean Bureau. Les Français arrivent devant Castillon le 13 juillet. Les habitants appellent Talbot à leur secours. Le capitaine quitte Bordeaux le 16, avec sa cavalerie, et, le 17 au matin, il surprend au nord de Castillon un corps de francs-archers français qui perdent environ deux cents hommes. Talbot décide d’une pause. Du haut des remparts, des habitants voient monter du camp des Français un nuage de poussière et en déduisent que ceux-ci fuient. Ils avertissent les Anglais. Talbot décide aussitôt d’attaquer. Il compte sur la surprise pour en finir rapidement. Arrivé sur place, il s’étonne de la profondeur du fossé qui protège les lieux et ordonne d’attaquer à pied l’entrée du camp. Un rude combat d’environ une heure s’engage. Les Français résistent bien et les canons de Bureau éclaircissent les rangs anglo-gascons qui se retirent pour se reformer. Les Français décident de sortir du camp avec l’aide du corps breton qui n’a pas encore combattu. C’est alors qu’un boulet atteint la haquenée de Talbot : à demi écrasé par sa monture, le capitaine sera massacré par les archers. Les Anglais prennent la fuite. La Guyenne redevient définitivement française.
Source © La Poste – Maurice FRIOT

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 9 810 780 fois depuis le 1er mai 2022