Voir un numéro

 

Précédent <<<<<<<<>>>>>>>> Suivant

 

Aimé
Timbre : Courant / moderne

 

Oblitération 1 jour  à Fort de France et à Paris le vendredi 17 et samedi 18 avril 2009
Cachet premier jour créé par : Claude Perchat

Aimé Césaire, écrivain et homme politique français


vente anticipée : Oblitération 1 jour à Fort de France et à Paris le vendredi 17 et samedi 18 avril 2009
Vente générale : 21 avril 2009.
Valeur faciale : 0.56 €€
Dessinateur : ClaudeAndréotto
Département concerné par ce timbre : Martinique

Dentelure : Dentélé 13¼
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Heliogravure

Bande phosphore : 2 bandes
Valeur marchande timbre neuf : 0,93 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,26 €

 

NOTE : La valeur marchande est le produit des différentes cotes sur lesquelles est appliqué un coefficient réducteur de 70% (ce qui représente la valeur réelle du timbre en cas de vente)

 



Timbres présentants : Les Ecrivains, philosophes, historiens, poêtes

 

Aimé Fernand David Césaire

est né à Basse-Pointe en Martinique dans une famille modeste de sept enfants. Boursier, il suit des études au lycée Victor Schoelcher à Fort-de-France, puis à Paris au lycée Louis-le-Grand où il se lie d'amitié avec Léopold Sédar Senghor et enfin à l'École normale supérieure. Avec d'autres étudiants, il fonde en 1934 le journal «L'Etudiant noir».
Aimé Césaire, par sa pensée et sa poésie, influence des intellectuels africains et noirs américains dans leur combat contre le colonialisme et l'acculturation. Inscrit au Parti communiste, il est élu maire de Fort-de-France en 1945, puis devient député, mandat qu'il détiendra jusqu'en 1993. En désaccord avec le PC sur la question de la déstalinisation, il quitte le parti en 1956 et crée deux ans plus tard le Parti progressiste martiniquais (PPM) qui revendique l'autonomie de la Martinique. Siégeant à l'Assemblée nationale, comme non inscrit, il devient apparenté socialiste partir de 1978 à 1993. Retiré de la vie politique, Aimé Césaire s'insurge cependant contre la loi du 23 février 2005 sur les «aspects positifs de la colonisation» qu'il faudrait évoquer dans les programmes scolaires. A l'élection présidentielle de 2007, il apporte son soutien à Ségolène Royal. Aimé Césaire meurt le 17 avril 2008 et a droit à des obsèques nationales à Fort-de-France, en présence du Président de la République

 

 

Philatélie Française