Votre sélection sur : 0

 

 

Nombre de timbres listés : 0

 

Cliquez sur l'image pour plus de détail

 

 

La taille douce est une technique de gravure au burin.
Une plaque d'acier reçoit par procédé photographique l'image inversée du timbre, le graveur au travers d'une loupe de forte puissance entame l'acier avec un burin en suivant les traits du dessin, il joue sur la pression de son burin pour affiner plus ou moins ses traits (pleins et déliés). Cette matrice en creux servira par pression sur une plaque d'acier moins dur à obtenir un positif (dessin en relief) qui lui-même permettra de multiplier en creux les nombreuses images du même timbre sur un cylindre d'impression.

 

La typographie a été mise au point par Gutemberg.
C'est une technique d'impression en relief: l'encre est déposée par un rouleau sur les saillies des caractères de plomb, les creux resteront blancs.
La typographie s'est assez rapidement enrichie d'images, elles aussi faites dans du plomb en relief, les différentes nuances de gris étant obtenues par un tramage plu ou moins fin de petits pics métalliques imprimant des points plus ou moins serrés. Source Wikipédia

 

L’héliogravure permet le transfert d'une image sur une plaque de cuivre grâce à une gélatine photosensible. C'est un procédé d'impression en creux, comme la gravure au burin ou en taille-douce, et non en relief comme la gravure sur bois ou la typographie. Cela signifie que l’encre est retenue dans les creux de la forme imprimante, et non à sa surface. L’image est tramée selon une trame très fine et la forme en cuivre insolée, puis soumis à la morsure d’un acide. À la différence de la similigravure, où les parties claires se traduisent par des petits points en relief, les foncées par des points plus larges, toutes les parties sont creusées sur une surface identique, mais les parties claires sont gravées légèrement, les parties sombres profondément. On utilise une encre très liquide et relativement transparente. La forme est un cylindre, l’encre est déposée par des rouleaux encreurs et une racle enlève le surplus, l’encre demeurant dans les alvéoles. Sous la pression, l’encre se dépose sur le papier, donnant des gris plus ou moins denses selon l’épaisseur de l’encre déposée. La trame n’est pas visible, contrairement à la similigravure. Les noirs sont très profonds car la couche d’encre est épaisse, alors qu’elle est très fine dans les parties claires. Source Wikipédia

 

Aucune donnée ne répond à vos critères de recherche