Fermer

 

Aristide Bergés (1833-1904) industriel papetier et ingénieur hydraulicien

Timbre : Courant / moderne


Personnages célèbres

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Lorp-Sentaraille le 19 février 1972

 

Premier jour : Oblitération 1er jour à Lorp-Sentaraille le 19 février 1972
Vente générale : 21 février 1972
Retrait de la vente : 8 décembre 1972
Valeur faciale : 50 c + 10 c
Graveur : Jacques Combet

Dessinateur : Pierre Béquet

Département concerné par ce timbre : Ariège
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : vert foncé noir et vert
Mode d'impression : Taille douce
Format du timbre : 26 x 40 mm (vignette 21,45 x 36 mm bords externes des filets)
Quantite émis : 4.250.000
Présentation : Feuille de 50 timbres
Catalogue Yvert et Tellier : N° 1707
Catalogue Spink / Maury : N° 1707
Valeur marchande timbre neuf : 0,14 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,13 €

 

La valeur marchande représente une valeur de base du timbre pour la vente ou l'échange

 


Timbres présentants : Les Chercheurs, inventeurs, scientifiques

 


Aristide Bergés (1833-1904)  industriel papetier et ingénieur hydraulicien 

Aristide Bergès (Image Wikipédia)

 

Aristide Bergès

est né en Ariège en 1833, dans une famille de papetiers son père, Pierre Bergès, est fabricant de papier à Lorp-Sentaraille (Ariège), il est reconnu comme l'un des premiers introducteurs en France de la machine à papier de Louis Nicolas Robert.
Diplômé de l'École Centrale des Arts et Manufactures en 1852
En 1869, Aristide Bergès installe, une râperie de bois à Lancey en Isère où il utilise l'énergie hydraulique pour faire fonctionner ses défibreurs (appareils râpant le bois afin d'en faire de la pâte à papier). Il établit à cet effet une conduite forcée de 200 m de dénivelé, dont l'eau captée fait tourner une turbine, entraînant les défibreurs.
En 1882, Aristide Bergès souhaitant ajouter une unité de papeterie à sa râperie met en place une conduite forcée de 500 mètres de dénivelé et adjoint une dynamo Gramme à ses turbines pour produire du courant électrique
Esprit positiviste, il considère que le progrès technique doit servir au progrès social. Il fait installer l'électricité dans les maisons du hameau de Lancey , puis pousse la municipalité de Grenoble à une expérience d'éclairage public à l'occasion du 14 juillet 1882. En 1896, il fonde la Société d'éclairage électrique du Grésivaudan. Non content de fournir de l'électricité à bas prix à toute la vallée, il alimente la ligne de tramway de Grenoble à Chapareillan
Source Wikipédia

 

 

 

 

 

 

Fermer