Fermer

Henri
Timbre : Courant / moderne



 

Personnages célèbres

 

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Saint-Germain, Aurillac et Créteil le 22 mai 1982

 

Henri Mondor (1885-1962) chirurgien et écrivain


Premier jour : Oblitération 1er jour à Saint-Germain, Aurillac et Créteil le 22 mai 1982
Vente générale : 24 mai 1982.
Retrait de la vente : 18 novembre 1983.
Valeur faciale : 1 f 40 + 30 c
Graveur : Marie-Noëlle Goffin

Dessinateur : Marie-Noëlle Goffin
Département concerné par ce timbre : Cantal
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : bleu-noir et brun
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 3.000.000
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier Timbres français : N° 2226
Catalogue Maury Timbres français : N° 2231
Valeur marchande timbre neuf : 0,60 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,42 €

 

NOTE : La valeur marchande est le produit des différentes cotes sur lesquelles est appliqué un coefficient réducteur de 70% (ce qui représente la valeur réelle du timbre en cas de vente)

 


Timbres présentants : Les Médecins, chirurgiens, biologiste

 


Henri Mondor

est originaire de Saint-Cernin dans le Cantal. Durant son enfance, il vit dans un milieu familial favorable à l'acquisition des connaissances, à l'apprentissage d'une discipline dans le travail et au culte de la langue française. Ces valeurs sont le fondement de la personnalité d'Henri Mondor, qui les suivra tout au long de sa vie.
Rebuté par l'idée de suivre la même voie que son père, en 1903 Henri Mondor rejoint la capitale pour suivre ses études à la faculté de médecine. En 1909, il est reçu au concours de l'internat des hôpitaux de Paris, en deuxième position dans une promotion de 55 nouveaux internes. En 1912, il est interne médaille d'or en chirurgie. Henri Mondor opère deux à trois patients par jour. Dans son service, le matin, il enseigne les règles et les gestes de la chirurgie mais aussi la compréhension et la compassion à l'égard des malades. Il a le souci de tenir compte de la responsabilité médicale.
Henri Mondor ne fut pas seulement un chirurgien-chercheur mais aussi un homme de lettres avec une vingtaine de publications sur le monde médical et sur le poète Stéphane Mallarmé. Il fut, au côté de Paul Claudel et d'André Maurois, membre du comité de rédaction de la revue L'Échauguette. Également artiste, son don pour le dessin, qui s'exprima dès le lycée, lui a valu des prix. La rose était son support de prédilection pour cet art. Il a également illustré certains livres

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

 

Philatélie Française

 

 

 

 

inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net