Fermer

 

Les informations sur ce timbre ont été mises à jour le : 26/03/2024

Le facteur Cheval et son palais idéal


D'après photo portrait Bridgeman Images

Timbre : Bloc feuillet
Listage des timbres de l'année 2024

 

Oblitération 1er jour le 19 et 20 avril 2024<br>- Palais Idéal du Facteur Cheval, de 10h à 17h30, 8 Rue du Palais, 26390 HAUTERIVES.<br>- Au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins PARIS
Cachet premier jour créé par : Sophie Beaujard

 

Premier jour : Oblitération 1er jour le 19 et 20 avril 2024
- Palais Idéal du Facteur Cheval, de 10h à 17h30, 8 Rue du Palais, 26390 HAUTERIVES.
- Au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins PARIS

Vente générale : 22 avril 2024
Valeur faciale : 1.29 €
Affranchissement le plus courant : Lettre verte 20g pour la France, Andorre et Monaco
Graveur : Sophie Beaujard

Création : Sophie Beaujard

Dentelure : 13¼ x 13
Couleur : Multicolore
Mode d'impression : Taille douce
Format du Bloc feuillet : 105 x 71,5 mm
Quantité émis : 350.000.
Présentation : Bloc de 1 timbre
Bande phosphore : sans

 


 


Informations sur le sujet du timbre
Né en 1836, fils de paysan et paysan lui-même avant de devenir employé des postes en 1867, Ferdinand Cheval a construit une œuvre architecturale à nulle autre pareille sur la commune d’Hauterives (Drôme) : un « palais idéal », exemple unique d’art naïf appliqué à l’architecture. En avril de cette année-là, au cours de sa tournée harassante – 32 kilomètres chaque jour – il trébuche sur une pierre à la forme singulière elle sera la première de son palais baptisé « Temple de la nature » puis « Palais idéal ». Dès lors, il y consacre sa vie. Trente-trois ans d’un dur labeur, amassant des pierres au bord des chemins durant sa tournée, revenant les chercher le soir avec sa brouette, travaillant la nuit à la lumière d’une lampe à pétrole. Lui qui n’a jamais voyagé bâtit un incroyable palais baroque, comme tiré d’un rêve. Il veut prouver qu’on peut être un fils du peuple et avoir du génie. Comme on lui refuse le droit d’y être inhumé, il construit « le Tombeau du silence et du repos sans fin » dans le cimetière communal, qu’il termine deux ans avant sa mort, survenue en 1924. L’avant-garde artistique, avec André Breton, Max Ernst et Picasso, lui rend aussitôt hommage. Il faudra cependant attendre 1969 pour que le palais soit classé monument historique. Douce revanche pour le facteur Cheval, moqué hier et aujourd’hui universellement salué comme un maître de l’art naïf.
Source © La Poste - Jean-Yves Le Naour

 

 

 

 

 

 

Fermer

 

Cette page a été visitée 10 210 516 fois depuis le 1er mai 2022