Fermer

Four solaire d’Odeillo

Pyrénées-Orientales

D'après photos CNRS

Timbre : Courant / moderne

Voir tous les timbres courants de l'année 2022

Listage des timbres de l'année 2022

 

Oblitération 1er jour au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS et 7 rue du Four Solaire, 66120 FONT-ROMEU-ODEILLO-VIA le 25 et 26 mars 2022
Cachet premier jour créé par : Stéphane Humbert-Basset

 

Premier jour : Oblitération 1er jour au carré d'Encre 3 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS et 7 rue du Four Solaire, 66120 FONT-ROMEU-ODEILLO-VIA le 25 et 26 mars 2022
Vente générale : 28 mars 2022
Valeur faciale : 1.16 €
Affranchissement : Lettre verte 20g pour la France, Andorre et Monaco
Création : Stéphane Humbert-Basset

Département concerné par ce timbre : Pyrénées-Orientales

Dentelure : 13¼ x 13
Couleur : nuances de bleu
Mode d'impression : Héliogravure
Format du timbre : 40,85 x 30 mm
Quantite émis : 702.000.
Présentation : Feuille de 15 timbres
Bande phosphore : 1 barre à droite

 


Timbres présentants : Les Chateaux, ponts, cathédrales, églises, villas

 


Informations sur le sujet du timbre

Four solaire d’Odeillo

Avec son champ d’héliostats et son bâtiment de 48 m de haut et 54 m de large couvert de miroirs, il n’attire pas que les rayons du soleil, mais aussi les regards ! Le four solaire d’Odeillo, en Cerdagne française, a été inauguré en 1969. Mais son histoire débute plus tôt. En 1946, Félix Trombe, qui dirige le laboratoire CNRS des terres rares à Meudon, parvient à concentrer la lumière du soleil à l’aide d’un miroir et à obtenir de hautes températures en milieu confiné. Soucieux de poursuivre ses travaux dans une région plus ensoleillée, le chercheur fonde en 1947 un laboratoire d’énergie solaire à Mont-Louis. Un projet de four de 1 000 kW est mis à l’étude, la construction débute en 1963 à quelques kilomètres du four solaire précédent, sur la commune de Font-Romeu-Odeillo-Via, Après l’embellie postérieure au premier choc pétrolier, en 1973, l’énergie solaire a connu des éclipses dans les années 1985-2000 . Mais devant les immenses défis environnementaux et énergétiques qui se posent à l’humanité, elle a le vent en poupe : depuis 2004, au sein du laboratoire « PROcédés, Matériaux et Énergie Solaire » (PROMES) du CNRS, en convention avec l’Université de Perpignan, le four d’Odeillo prépare notre avenir dans les domaines des matériaux pour l’énergie et l’espace, des centrales solaires du futur, du stockage et de la transformation de l’énergie solaire en vecteurs d’énergie chimiques comme l’hydrogène.
Source © La Poste – CNRS

 

 

 

 

 

 

Fermer